ixième journée du championnat Honneur. C’est sous un beau soleil… Ah, non pardon : c’est mon fond d’écran ! C’est sous un ciel menaçant que les petites mains des bénévoles s’activent pour préparer la réception de Labouheyre. Le club Landais est invaincu et co-leader avec les Médocains. Donc du lourd au sens propre comme au figuré ! De notre côté, l’expédition à Villeneuve -sur-Lot s’est soldée par deux défaites : 33/29 avec 5 essais partout pour la A et un sec 31/21 pour la B. Toujours la maigre consolation (mais qui peut faire la différence en fin de saison, comme le dit si bien notre entraîneur Preignacais avec ses métaphores sur les bouses et les foires). Les réservistes, eux, ont réalisé une mi-temps " le-nez-dans-le-guidon " et une en roue libre…
Comme l’avait prévue Météo-France, il commence à pleuvoir vers 13h45, pile quand le match Réserve commence. Pour ne pas se faire avoir une seconde fois, Jean Noel Picot s’est planqué dans le club-house, impossible de me faire remplacer !

1 : Geslin A. - 2 : Perdou M. - 3 : Richardson G.
4 : Chassaing S. - 5 : Elghoyen J.
6 : Burbaud T. - 7 : Laforgue L. - 8 : Vieillefon C.
9 : Raffard G.  - 10 : Dubourg G. (cap)
11 : Perrin S. - 12 : Labat F. - 13 : Dupeyron L. - 14 : Caravéra S. - 15 : Pazdyka T.
16 : Gainard B. - 17 : Charpentier A. - 18 : Valentini U. - 19 : Servat B. - 20 : Bourie A. - 21 : Lafon A. - 22 : Grenier P.

À noter le retour de Gaël de son voyage de noces dans les Colonies ; Le choc thermique est conséquent. Pour Etienne Carillo, aussi, mais pour d’autres raisons (et il n’est pas thermique. J’me comprends).
Thierry Bonnefond a dû " remonter les pendules ", car les bleus jouent avec beaucoup de sérieux. Ouverture du score par Guillaume Dubourg, suivi de Stephane Chassaing, d’un essai collectif (ça, c’est quand on ne sait pas qui a marqué…) d’un doublé de Samuel Caravera (tout en sobriété. Pour une fois…) et de Thibaud Pzdy. Score final 34/17, bonus offensif  "in the Pocket". Allez, à la douche : ça caille !

Il tombe des cordes et l’indice d’UV est de -10, quand les équipiers de la Une vont s’échauffer. Et question échauffement, il y a du boulot, vu le vent glacial qui balaie la plaine des sports du Bouzet ! Les spectateurs se sont tous blottis (mais pas ensemble, les Landais d’un côté, les Girondins de l’autre : Faut pas exagérer…) La composition n’a pas trop bougé par rapport à dimanche dernier, si ce n’est le retour à l’infirmerie de Nicolas Pazdyka pour sa cheville et l’absence de Jean-Marie Ledan pour cause de suspension, Victor Jimenez, lui est de nouveau opérationnel, ceci compensant cela ; mais c’est quand même mieux quand nous les avons tous les trois !

1 : Marfil T. - 2 : Faget P - 3 : Barrau M.
4 : Morant G. - 5 : Garuz W.
6 : Dubois Y. - 7 : Fouquet M. - 8 : Jimenez V.
9 : Bonnefond T. (cap) - 10 : Ravat T.
11 : Paulin Y. - 12 : Beaudoux T. - 13 : Julia C. - 14 : Viescou L. - 15 : Maura A.
16 : Rigal M. - 17 : Pocq D. - 18 : Gibaud B. - 19 : Burbaud T. - 20 : Moreira P. - 21 : Ducamp P. - 22 : Pourtuguez D.

Les projecteurs sont allumés quand l’arbitre (petit) siffle le début du match.
Les locaux ne semblent pas impressionner par le pédigrée des verts & rouges et pilonnent d’entrée de jeu le camp adverse. 5ème minute, attaque au large, " la balle à l’aile, la vie est belle " et le non moins beau Yoann Paulin plonge en coin : Tryyyyy comme l’on dit outre Quiévrain. Thomas Ravat ne transforme pas : Cestas 5 / 0 Labouheyre.
Les Landais ont été cueillis à froid, mais ils ne sont pas faits 80 bornes pour perdre leur invincibilité (Ah, souvenirs, souvenirs…) et commencent à nous imposer une épreuve de force à grands coups de " rentrage dans le lard ". Les bleus se mettent à la faute, l’ouvreur adverse enquille :
Cestas 5 / 3 Labouheyre.

La spécialité bouheyrote reste la cocotte et en plus le temps s’y prête, heureusement elles restent stériles mais spectaculaires ! L’arbitre (pathétique) commence à pencher d’un côté et ne voit que les fautes cestadaises (l’éclairage dans les yeux, peut-être ?) ce qui a l’effet d’énerver un certain joueur (que je ne nommerais pas, pour ne pas faire de tort à Victor). Les visiteurs ont un centre assez athlétique (comme Julien Forgues, mais en moins costaud, quand même) qui déchire plusieurs fois notre défense. Méfiance. 36ème minute, nouvelle pénalité que le 10 nous fait le plaisir de rater de peu, puisque la balle frappe le poteau et Antoine Maura, vif comme l’éclair, sauve la Patrie...
L’arbitre dans un éclair de lucidité, exclut le 6 vert pour un placage illicite sur Thomas Ravat. La pénalité, tentée par Thibaud Bonnefond est trop courte (ou le ballon trop loin). L’intensité monte d’un cran, les charges et les placages Landais laissent des traces. L’arbitre (triste) siffle la mi-temps et les joueurs foncent dans les vestiaires et les spectateurs au club-house.
À part la pluie, le vent et le froid, ça va : l’on passe une bonne après-midi ! Le postier siffle la reprise des hostilités. Les cestadais obtiennent une pénalité, suite à une brutalité scandaleuse sur le frêle Teddy Marfil, que Pierre Peio Ducamp convertit : Cestas 8 / 3 Labouheyre.
Est-ce le break ? Non : Nouvelle pénalité pour les visiteurs : Cestas 8 / 6 Labouheyre.
5 minutes plus tard, le 9 adverse se fait la malle derrière sa mêlée continue au pied, le ballon vient mourir dans notre en-but et un landais aplatit. Les bleus n’y ont vu que du feu ! Pendant que le buteur loupe la transformation, Victor s’embrouille avec l’arbitre (partial) à cause d’une touche non signalée par l’arbitre de touche... Bouhayrote. Carton Jaune. Cestas 8 / 11 Labouheyre.
Il reste 20 minutes à jouer, sans les arrêts de jeu, consécutif à l’altercation entre l’arbitre (aveugle) et le préposé (anonyme) au tableau d’affichage… Les Cestadais jettent toute leur énergie pour essayer de faire plier les riverains de l’A63. Énorme percée de William Garuz le long de la touche, il se fait plaqué, l’attaque continue, mais l’arbitre (moyen) revient pour une touche non signalée par l’arbitre de touche mais par les joueurs visiteurs !!! Victor est vert de rage.  Il reste une poignée de minutes à jouer, quand Pierre Ducamp tente la pénalité de l’égalisation. Las, la balle passe sous la transversale. C’est plié ! Le match est fini et c’est encore une déception, d’avoir fait jeu égal et d’être passé à quelques centimètres d’une victoire (comme contre PMR : 5 points, Cadaujac : 6 points et 3 contre nos visiteurs du jour !) Maigre consolation avec le point de bonus défensif et la perspective de jours meilleurs avec le retour des blessés et d’une météo plus clémente.
Repos dimanche prochain, suite au calendrier et à la soirée Halloween de l’Amicale des Joueurs. Prochain match le 11 novembre à Biscarrosse.

Bon, les gars…
-Waterproof : Le co-prez Lataste était désigné d’office pour tenir la billetterie en l’absence de Richard Cléon. Ce n’était pas un cadeau !
-A la bourre : Même si c’est tout droit, les Landais sont arrivés en retard !
-Pénurie : En Réserve, à la 30ème minute, les visiteurs ont joué à 12 ! Ben oui : 3 cartons jaunes, quand même…
-Susceptible : On nous l’avait dit, sans trop y croire, mais c’est vrai : Stephane Barrau a un caractère de cochon…
-Sacré battle : Stéphane Stephane Chassaing était super content de constater qu’en face un joueur était " beaucoup " plus âgé que lui !
-Rescapé : Passage obligé aux urgences pour Thomas Beaudoux suite à son « détronchage » par un Bouheyrote. Encéphalogramme plat, ouf !
-Deux perméables : Il n’y a pas que les escargots qui sortent par temps pluvieux, les Martin père & fils, aussi !
-Cagoulins : En B, Florian Carmona (vengeance entre joueurs, certainement !) et en A Franck Poupard pour son " pétage de plombs " spectaculaire…
-Et soudain, le drame : En B, match suspendu à la 48ème minute. La cause ? Explosion de la chaussure gauche de l’arbitre sur un appui !
-Pénible : La promiscuité des tribunes, m’a obligé à suivre le match à côté de l’ex-Prez de l’EDG, ancien joueur du temps des ballons en cuir, des maillots en coton et du Dolpic. Pfffff...

Vivement dimanche prochain

De notre envoyé spécial : Wilfried LangDePute

Note du traducteur : Cette œuvre étant de pure fiction, toutes ressemblances avec des personnes ou des faits existants ne sauraient être que fortuites.